PROJETS EN COURS

PimPom (Preventing Injuries in Musical Practice by acting On lutherie eleMents)

Répétition de gestes mal contrôlés, production d’efforts excessifs, mouvements articulaires extrêmes… Les risques de fatigue et de blessures sont regroupés sous l’appellation des troubles musculo-squelettiques (TMS), considérés depuis 2012 comme la maladie professionnelle la plus répandue dans les pays développés. Les instrumentistes n’en sont pas épargnés, comme l'a récemment rappelé l'annulation de concerts du pianiste Lang Lang, en raison d'une inflammation du bras gauche.

La répétition des gestes est en effet l’une des clés de l‘apprentissage chez les instrumentistes. Pour réduire ces risques, il faut à la fois considérer la posture de l’instrumentiste et l’ergonomie de l’instrument. La première fait l’objet d’une attention particulière des pédagogues, tandis que la seconde est souvent liée à des choix de fabricants dictés notamment par l’esthétique sonore. Dans ce cadre, est-il possible de limiter la fatigue musculaire des instrumentistes tout en gardant les propriétés sonores de l’instrument ?

Un modèle vibroacoustique couplé à un modèle biomécanique

C’est tout l’enjeu de ce projet : proposer une évolution du geste instrumental mais aussi de la lutherie de l’instrument. Il se concentrera sur la harpe de concert, connue pour induire des TMS. Le cordage en sera l’élément central ; avec près de deux tonnes de tension induites par les cordes, la harpe de concert exige un effort extrêmement important pour pincer une corde pouvant atteindre deux kilogrammes au bout du doigt.

L'équipe pluridisciplinaire du projet PimPom associe un conservateur, un chercheur en sciences de la conservation, un professeur de harpe, un chercheur en biomécanique et un chercheur en acoustique musicale. Leur approche vise à développer un modèle vibroacoustique, afin de simuler des réponses vibratoires et acoustiques en fonction des paramètres des cordes. Il sera couplé à un modèle biomécanique de la partie supérieure du musicien, afin d'obtenir les efforts articulaires en fonction de la technique de jeu. Les paramètres de ces deux modèles seront identifiés expérimentalement et permettront d'analyser deux éléments : le rôle du cordage sur le son et la jouabilité de l'instrument, et l’influence de la posture sur les efforts articulaires des harpistes.

Équipe du projet

Jean-Loïc Le Carrou, enseignant-chercheur en acoustique musicale (LAM /∂’Alembert)

Delphine Chadefaux, enseignant-chercheur en biomécanique (Institut de Biomécanique Humaine Georges Charpak)

Sandie Le Conte, Ingénieur de Recherche en conservation (Musée de la musique, Cité de la Musique-Philharmonie de Paris)

Thierry Maniguet, Conservateur (Musée de la musique, Cité de la Musique-Philharmonie de Paris)

Anne Ricquebourg, Professeur de harpe (PSPBB)

Back to Top